CHAYE Isabelle

Oeuvres (extraits)

Isabelle Chaye

« Ma quête, obsessionnelle, spirituelle, depuis toujours, « capturer cet instant de grâce, de sérénité, de « plénitude, de poésie et de magie, de moment où tous « les êtres vivant se rejoignent dans un même élan « d’amour et de joie universel…

« Célébration de la vie (de ma vie) à travers un monde « peuplé de couleurs, de végétation, d’enfants, de « sirènes, d’anges, de visages, de jeux et de regards « souvent interrogateurs, mains tendues, de bras « enlacés, d’oiseaux, poissons, fleurs…

« Peindre pour me questionner et questionner le  monde, « pour revenir aux origines du monde…pour ma « liberté…

« Au-delà de tous les milliers de merveilleux artistes à qui « je dois d’une part  ce que je suis, et que je ne peux « nommer tant il y en a, de la préhistoire à nos jours, sur « tous les  continents, et d’autres part les influences de « mon enfance à la campagne, mon père, Simon Chaye, « peintre cartonnier, mes livres d’arts ou de contes, la « mer, le soleil, les voyages, les icônes, l’or des églises « orthodoxes où m’emmenait ma marraine grecque, ma « passion des tissus, et plus tard mon métier dans la « mode (créatrice de robes de mariées et de robes sur « soir pour la haute couture), mon mari, Marc Pevsner, « notre fils, tout cela a contribué, au fil des ans, à me « mener vers mon univers de rêves colorés, oniriques et « tendres où le temps suspendu semble éternité. »

Isabelle Chaye